Jour: OFSP

Les dossiers administratifs suscitent un intérêt accru

Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence Adrian Lobsiger (à droite) et son adjoint Marc Buntschu : « Une influence positive sur la politique d’information. » (Photo Keystone/Peter Schneider)

Par Martin Stoll. L’an dernier, les autorités fédérales ont été confrontées à un nombre record de requêtes de consultation de documents. Avec 647 demandes, leur nombre a presque triplé depuis 2009.

Le Préposé fédéral à la transparence, Adrian Lobsiger, dresse un bilan positif dans son rapport annuel : pour lui, l’évolution vers une administration fédérale plus ouverte et transparente progresse. Et il est réjouissant que la Loi sur la transparence exerce « une influence positive sur la politique d’information active des autorités fédérales ».

Plus d’informations…


Beaucoup de questions sans réponse

Par Catherine Boss. Le magazine romand de consommateurs Bon à savoir et la Radio suisse romande ont voulu tester la transparence des cantons et de la Confédération. Le résultat est mitigé.

 

„Je ne réponds pas à ce type de questions“: le conseiller d'Etat genevois Mark Muller. (Photo: Keystone)

Les journalistes de Bon à savoir et de la Radio suisse romande se sont présentés comme de simples citoyens quand, en juillet dernier, ils ont testé l’application des lois sur la transparence dans les cantons romands et au sein de la Confédération. Ils ont utilisé cinq comptes e-mails différents pour envoyer leurs questions à divers services de l’administration cantonale et fédérale. Ils ont exigé des documents relatifs aux statistiques de la délinquance, au nombre d’infections dans les hôpitaux ou d’exclusions dans les écoles, ainsi qu’à la qualité de l’eau. Plus d’informations…


La santé publique pas transparente

Les experts jouent un rôle central dans la campagne pour la vaccination des jeunes femmes contre les papillomavirus humains. A ce jour, leurs liens d'intérêts restent totalement occultes. (Photo: Keystone)

Par Catherine Riva. La Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) conseille les autorités suisses compétentes en matière de santé publique. Les membres de cette commission extraparlementaire sont tenus d’annoncer leurs éventuels conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique.

Depuis février 2008, je me suis efforcée d’obtenir des informations sur ces déclarations. J’enquêtais en effet sur la vaccination contre les papillomavirus humains, trompeusement qualifiée de vaccination contre le cancer du col de l’utérus. Mon attention avait été attirée à l’époque par l’intense campagne de sensibilisation menée par les producteurs de ces vaccins, afin d’accroître la demande pour leur produits. Mes recherches devaient bientôt me montrer que les experts siégeant dans les organismes spécialisés jouaient un rôle important dans le concept marketing de ces entreprises. Plus d’informations…