Qui sommes-nous?

Le site loitransparence.ch est l’émanation internet d’une association indépendante. Selon ses statuts, l’objectif est de faire de la loi sur la transparence un instrument efficace entre les mains des journalistes.

Le comité de l’association loitransparence.ch

Hansjürg Zumstein

Président

Il travaille depuis plus de 20 ans pour la Télévision suisse. Auteur de nombreux documentaires, il a été récompensé à plusieurs reprises pour ses enquêtes.

hansjuerg.zumstein@loitransparence.ch
 

Denis Masmejan

Vice-président

Il est journaliste à la rédaction nationale du Temps et chargé de cours en éthique des médias à l’Université de Genève. Docteur en droit, il a siégé entre 1997 et 2011 à l’Autorité indépendante d’examen des plaintes en matière de radio-télévision. Il a publié de nombreux articles spécialisés sur le droit des médias.

denis.masmejan@loitransparence
von-wyss-bastien 

Bastien von Wyss

Il est recherchiste – métier journalistique de coulisses – à la RTS, principalement pour l’émission de radio On en Parle (La Première). Formateur des journalistes RTS en matière de lois sur la transparence, il a aussi consacré son travail de fin d’études juridiques sur le sujet.

 

bastien.vonwyss@loitransparence.ch

Thomas Knellwolf

Travaille comme reporter et éditorialiste au Tages-Anzeiger et au Bund. Comme journaliste d’investigation, il traite de sujets politiques et judiciaires. Il a signé l’ouvrage sur le commentateur météo allemand accusé de viol, puis acquitté: «Die Akte Kachelmann – Anatomie eines Skandals».

thomas.knellwolf@loitransparence.ch

Christof Moser

Est reporter politique et critique médias pour Schweiz am Sonntag, auteur indépendant et membre de la rédaction en chef du site Internet indépendant Infosperber. Il enseigne le journalisme politique, le «storytelling» et l’éthique des médias à la Schule für angewandte Linguistik (école de linguistique appliquée, SAL).

christof.moser@loitransparence.ch

Titus Plattner

Trésorier

Travaille depuis 2009 au Matin Dimanche après avoir oeuvré 10 ans pour L’Hebdo et Le Temps. Il s’est notamment distingué par son travail sur l’acquisition des Gripen, les millions du clan Moubarak, les contaminations au radium dans les anciens ateliers horlogers ou le volet suisse d’Offshore-Leaks, Luxleaks,  Swissleaks et Panama Papers. Il enseigne l’enquête dans l’administration au Centre de Formation au Journalisme et aux Médias (CFJM).

titus.plattner@loitransparence.ch

Direction

Martin Stoll

Directeur

Travaille également comme correspondant dans la Ville fédérale pour la « SonntagsZeitung » et est l’initiateur d’Öffentlickeitgesetz.ch, en français Loitransparence.ch. Membre de la direction du réseau d’investigation investigativ.ch et formateur à l’investigation journalistique, notamment au Medienausbildungszentrum (MAZ) à Lucerne.

martin.stoll@loitransparence.ch

Les artisans de l’association Öffentlichkeitsgesetz.ch

Le projet est financé par des éditeurs, des fondations et des particuliers. Le principal mécène de l’initiative pour la transparence est Beat Weber, ancien actionnaire du « Landbote » de Winterthur. L’ex aumônier en hôpital et élu communal PS en Ville de Saint-Gall soutient la direction d’Öffentlichkeitsgesetz à l’aide d’une partie des gains tirés de la vente de ses actions au groupe zurichois Tamedia.

Des contributions proviennent également de la Gottlieb und Hans Vogt Stiftung, de la SSR (Société suisse de radiodiffusion et télévision) et de l’association Médias Suisses, dont les membres publient quelque 300 journaux et périodiques. La création du site Internet a été financée par l’éditeur Tamedia. La SonntagsZeitung met son infrastructure à disposition de la direction.

La Konsumenteinfo AG, qui publie K-Tipp et Saldo (équivalents romands : Bon à savoir et Tout compte fait), fait également partie des donateurs de la première heure. Le CFJM, le maz – Der Schweizer Journalistenschule et la Ringier Journalistenschule nous soutiennent aussi.

La mise en place de la version française a été rendue possible par le soutien de la Fondation Oertli.

La collecte d’informations concernant les lois sur la transparence cantonales et les formations dans les cantons a été financée par l’Office fédéral de la communication et divers cantons, notamment par les fonds de loterie des cantons de Zoug, Berne et Bâle-Ville.

La Conférence de rédactrices et rédacteurs en chef, qui réunit les responsables des rédactions de médias électroniques set de presse écrite, soutient moralement ce projet. En outre, l’Union des journalistes du Palais fédéral (UJP) qui défend les intérêts des journalistes accrédités auprès du Parlement suisse, appuie aussi notre activité en la patronnant. Nous collaborons également avec le réseau des journalistes alémaniques d’investigation, investigativ.ch.