Jour: making-of

«Le fait d’avoir été rabroués nous a motivés»

La députée zurichoise Judith Stofer incite les citoyens à revendiquer leurs droits.

MAKING-OF Une association de quartier s’est battue pour obtenir les plans des transports publics. Membre du comité, Judith Stofer encourage chacun à recourir à la loi sur la transparence: «C’est un outil démocratique».

L’association du quartier zurichois de Wipkingen a déposé une demande en mars 2015 pour consulter des documents de planification des transports publics. Sa requête a toutefois été balayée par le ZVV (transports publics zurichois), refus qui a marqué le début d’une bataille acharnée.

Plus d’informations…


« Un algorithme est aussi une donnée publique »

Le journaliste Timo Grossenbacher n’hésitera plus à actionner les lois sur la transparence pour faire pression sur les autorités. (Photo: MAZ)

MAKING-OF Timo Grossenbacher, journaliste pour SRF Data, a fini par obtenir un algorithme qui minimise le risque de récidive chez les délinquants. « Il ne faut pas se laisser éconduire » par les autorités, dit-il.

L’outil sera utilisé par tous les cantons alémaniques dès fin 2018 et fait partie de la nouvelle politique « zéro risque » du système pénitentiaire. Il s’agit de classer les délinquants dans des catégories de risque. Les data-journalistes de SRF se sont demandé s’il était vraiment possible de démasquer les personnes susceptibles de récidiver grâce à l’informatique. Ils ont trouvé une réponse en s’appuyant sur la loi de l’information du canton de Zurich. Plus d’informations…


« Les demandes d’accès peuvent être décisives »

MAKING-OF Mario Stäuble, journaliste au desk de recherche Tamedia, a reçu après deux jours seulement un document sensible. Selon lui, si on sait ce que l’on veut, la loi sur la transparence est un outil redoutable. 

En février, le chef de la logistique de la police cantonale de Schwyz est arrêté. Lors d’une perquisition à son domicile, pistolets, revolvers, fusils semi-automatiques, fusils de chasse et un fusil de sniper sont saisis. Il est soupçonné de trafic d’armes sur le Darknet. Les autorités ne se doutaient-elles vraiment de rien ?

Plus d’informations…


La loi sur la transparence, « un moyen de pression positif »

Il s’appuie sur ses droits d’accès de manière ciblée: le journaliste Ludovic Rocchi. (Photo: Keystone)

 

MAKING-OF Pour son reportage sur la start-up S3, Ludovic Rocchi a obtenu des documents confidentiels de l’armée. Selon lui, « les journalistes doivent plus utiliser la loi sur la transparence lors de sujets sensibles ».

La requête a été déposée le 25 avril 2018. Le but était de consulter des documents attestant les intérêts de l’armée pour l’achat d’un satellite « espion » de S3. Deux semaines plus tard, le DDPS a donné son feu vert, allant jusqu’à déclassifier certains documents. Plus d’informations…