Rôle d’aiguillon

Découvre comment, grâce aux lois sur la transparence, les médias rendent publics les flops de l’administration.

Vers les exemples >>

Cauchemar
des barons locaux

Les lois cantonales sont des instruments puissants.
Nous t’expliquons leurs subtilités
clairement et simplement.

Vers les législations >>

Ouvrez le coffre fort

Sans forcer: grâce à notre générateur de demandes d’accès, tu déposes une demande en quelques secondes, quel que soit l’administration.

Vers le générateur de demandes >>

Bons élèves
et moutons noirs

Certaines unités de l'administration
sont à la traîne quand il s’agit d’être transparent,
d’autres se montrent exemplaires.

Vers les statistiques >>

Les meilleures cartes
dans votre main

Voilà les bons arguments pour te
défendre lorsqu’une administration
se bloque.

Explorer la jurisprudence >>

Fortement déconseillé
par les autorités!

Soutiens-nous malgré tout en devenant membre.
Dès 50 francs, tu fais partie de notre association.

Soutiens-nous maintenant >>

L'ignorance toujours
mène à la servitude

Notre newsletter te fournit régulièrement
les informations dont tu as besoin pour faire
valoir tes droits.

S’abonner maintenant >>

L’Etat doit soutenir le journalisme engagé

Soutien étatique pour les médias régionaux: séance de rédaction du quotidien neuchâtelois Arcinfo. (Photo: Jean-Christophe Bott/Keystone)

Par Martin Stoll. Quatre ans après l’initiative «No Billag», la Suisse votera à nouveau sur les aides étatiques aux médias début 2022. Le projet est controversé, car il prévoit aussi un soutien aux gros groupes de presse. Pour les associations à but non lucratif, ce paquet d’aide est une chance.

Les associations de journalistes à but non lucratif ont braqué les projecteurs sur leur situation une première fois en 2017. Lors d’une rencontre avec la commission fédérale des médias, sept organisations – dont Loitransparence.ch – ont présenté le nombre d’heures qu’elles effectuaient de manière bénévole chaque année: des milliers d’heures.

Plus d’informations…


Parquet vaudois contraint de remettre une missive du SECO

«Les citoyens ne font pas assez appel à la loi sur l’information»: Kyril Gossweiler, défenseur de la transparence. (Photo: 24heures/Vanessa Cardoso)

Par Julia Rippstein. Un citoyen vaudois a réussi à obtenir un document sur les instructions liées aux fraudes aux crédits d’aide Covid-19. Le Ministère public cantonal s’opposait fermement à sa demande d’accès.

 

Ardent défenseur de la transparence, Kyril Gossweiler a gagné un combat important: il a contraint le Ministère public vaudois à lui remettre un document émanant du Secrétariat d’État à l’économie (SECO). L’autorité de poursuite pénale s’opposait fermement à cette demande d’accès. Le document contenait les instructions fédérales à l’intention des procureurs cantonaux au sujet des fraudeurs aux crédits d’aide Covid-19.

Plus d’informations…


Une honte pour un pays qui se veut progressiste

L’ancien conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann donne une conférence de presse sur la corruption au sein du Seco. (Photo: Peter Klaunzer/Keystone)

Par Christian Brönnimann. La corruption au sein du Seco a pu être mise au jour grâce à la loi sur la transparence et à des lanceurs d’alerte, scandale qui a montré l’importance de ces instruments de contrôle. Or, on ne veille justement pas assez sur ceux-ci.

 

 

Les agissements au sein du Secrétariat d’État à l’économie (Seco) ont non seulement coûté des millions à la Confédération, mais aussi sévèrement écorné sa réputation. Cela a montré à quel point l’administration était vulnérable face aux copinages et à des patrons s’asseyant sur leur devoir de surveillance.

Plus d’informations…


Lucerne: nouvelle chance pour le principe de transparence

Le Parlement lucernois plutôt méfiant face au droit à l’information. (Photo: Alexandra Wey/Keystone)

Par Julia Rippstein. Dans le canton de Lucerne, une motion remet le principe de transparence à l’ordre du jour. Plusieurs tentatives ont échoué par le passé au Parlement. La balle est désormais dans le camp du gouvernement, qui est favorable à un changement de paradigme.

 

 

En 2014 déjà, le Conseil d’Etat lucernois voulait instaurer une loi sur la transparence, proposition sur laquelle le parlement cantonal n’était pas entré en matière. La majorité bourgeoise l’avait refusée par 87 voix contre 28. Sept ans plus tard, le principe de la transparence obtient une nouvelle chance dans le canton de Suisse centrale.

Plus d’informations…


Dix ans d’engagement pour la transparence

Large soutien: comité, direction, conseil juridique et jury du Prix Transparence.

A l’été 2011, Loitransparence.ch a été mise en ligne. Depuis lors, la plateforme est devenue un réel centre de compétence pour la transparence dans l’administration. Des centaines de journalistes, citoyennes et citoyens ont été formés et conseillés, des cas pilote ont été portés devant le Tribunal fédéral, avec succès.

Fondée sur une terrasse d’un restaurant à Zurich, l’initiative a considérablement contribué au développement de la transparence au sein de l’administration en Suisse. En tant que lobby des lois sur la transparence de la Confédération et des cantons, nous nous engageons pour une bonne pratique de mise en œuvre et soutenons les journalistes.

Plus d’informations…