Rôle d’aiguillon

Découvre comment, grâce aux lois sur la transparence, les médias rendent publics les flops de l’administration.

Vers les exemples >>

Cauchemar
des barons locaux

Les lois cantonales sont des instruments puissants.
Nous t’expliquons leurs subtilités
clairement et simplement.

Vers les législations >>

Ouvrez le coffre fort

Sans forcer: grâce à notre générateur de demandes d’accès, tu déposes une demande en quelques secondes, quel que soit l’administration.

Vers le générateur de demandes >>

Bons élèves
et moutons noirs

Certaines unités de l'administration
sont à la traîne quand il s’agit d’être transparent,
d’autres se montrent exemplaires.

Vers les statistiques >>

Les meilleures cartes
dans votre main

Voilà les bons arguments pour te
défendre lorsqu’une administration
se bloque.

Explorer la jurisprudence >>

Fortement déconseillé
par les autorités!

Soutiens-nous malgré tout en devenant membre.
Dès 50 francs, tu fais partie de notre association.

Soutiens-nous maintenant >>

L'ignorance toujours
mène à la servitude

Notre newsletter te fournit régulièrement
les informations dont tu as besoin pour faire
valoir tes droits.

S’abonner maintenant >>

«La résistance des autorités m’a surprise»

Elle exige plus de transparence des autorités: la journaliste Célia Bertholet.

MAKING-OF Enquêtant sur la participation de Rolex au futur campus de Bienne, la journaliste Célia Bertholet a demandé le contrat entre l’entreprise horlogère et le canton de Berne. Mais le document est scellé par une clause.

 

A l’automne 2023, la Haute école spécialisée bernoise (BFH) ouvrira un campus à Bienne. Le projet coûte 233 millions de francs au canton. La salle dédiée aux événements est, elle, financée par Rolex. Lorsque Célia Bertholet, journaliste à la radio biennoise Canal 3, demande le contrat entre l’entreprise et le canton, elle déchante: le document ne peut pas être rendu public.

Plus d’informations…


La communication au compte-gouttes de la Confédération

Conférence de presse à Berne: les journalistes sont insatisfaits du travail d’information de l’administration fédérale, selon un sondage. (Photo: Keystone/Anthony Anex)

Par Anna Wanner. A quelles conditions Philipp Morris peut-il promouvoir les produits du tabac avec le sceau de la Confédération? Combien de millions ont été coulés pour les cautionnements de la flotte maritime?

 

Pour répondre à ces questions, l’administration fédérale est la mieux placée. Selon la loi fédérale sur le principe de transparence, elle est tenue d’octroyer à toute personne l’accès aux documents officiels. En théorie.

Plus d’informations…


Sur les traces d’un poison nommé PCB

Déterminée à en savoir plus sur les PCB: la journaliste Stefanie Hablützel.

MAKING-OF Pour son enquête sur les PCB, un produit toxique, la journaliste grisonne Stefanie Hablützel a demandé un rapport de l’office cantonal de l’environnement. Avec des informations cruciales à la clé.

En 2016, le barrage grison Punt dal Gall subit une panne pendant des travaux d’assainissement. Suite à l’incident, de la peinture antirouille contenant des PCB, une substance cancérigène, se déverse dans le Spöl. Enquêtant sur le cas, la journaliste Stefanie Hablützel demande à voir un rapport du canton, faisant appel à la loi grisonne sur l’information.

 

Plus d’informations…


Toujours plus d’enquêtes réalisées grâce à la loi

Ces dernières années, 40 rédactions ont travaillé avec les lois sur la transparence.

Par Martin Stoll. De plus en plus d’articles et émissions sont réalisés grâce aux lois sur la transparence fédérale et cantonales. Entre 2015 et 2018, leur nombre a triplé.

Loyers modérés accordés à des personnalités, prix arbitraire des médicaments, vols spéciaux « camouflés » pour le renvoi de requérants: ces dernières années, les journalistes ont révélé au grand jour des affaires d’envergure, des incidents délicats ou embarrassants émanant de tous les niveaux administratifs suisses.

Plus d’informations…


«Notre bataille a permis de lancer un signal»

La journaliste Camille Krafft s’est battue pour que le contenu d’une enquête soit révélée au grand jour.

MAKING-OF En 2013, le centre pour requérants d’asile de Perreux (NE) fait la Une à cause d’incidents graves. La journaliste Camille Krafft est allée jusqu’au Tribunal fédéral pour consulter le rapport d’enquête.

Rixes, relations privilégiées entre résidents et employés, insalubrité : le ministère public neuchâtelois ouvre une enquête pénale en 2013 contre huit collaborateurs du centre, dont la directrice. Puis le Conseil d’Etat demande un rapport d’enquête administrative pour élucider les faits. Mais les conclusions doivent rester secrètes.

Plus d’informations…