Rôle d’aiguillon

Découvre comment, grâce aux lois sur la transparence, les médias rendent publics les flops de l’administration.

Vers les exemples >>

Cauchemar
des barons locaux

Les lois cantonales sont des instruments puissants.
Nous t’expliquons leurs subtilités
clairement et simplement.

Vers les législations >>

Ouvrez le coffre fort

Sans forcer: grâce à notre générateur de demandes d’accès, tu déposes une demande en quelques secondes, quel que soit l’administration.

Vers le générateur de demandes >>

Bons élèves
et moutons noirs

Certaines unités de l'administration
sont à la traîne quand il s’agit d’être transparent,
d’autres se montrent exemplaires.

Vers les statistiques >>

Les meilleures cartes
dans votre main

Voilà les bons arguments pour te
défendre lorsqu’une administration
se bloque.

Explorer la jurisprudence >>

Fortement déconseillé
par les autorités!

Soutiens-nous malgré tout en devenant membre.
Dès 50 francs, tu fais partie de notre association.

Soutiens-nous maintenant >>

L'ignorance toujours
mène à la servitude

Notre newsletter te fournit régulièrement
les informations dont tu as besoin pour faire
valoir tes droits.

S’abonner maintenant >>

Les fonds des centrales financent la crise du climat

L’argent pour le démantèlement des centrales nucléaires est investi dans des fonds. Ici un collaborateur de Mühleberg, récemment mise à l’arrêt. (Photo: Keystone/Peter Klaunzer)

Par Marcel Hänggi. Les exploitants de centrales nucléaires doivent thésauriser des milliards pour la décontaminatin future des sites. Un coup d’œil dans le portefeuille des fonds de désaffectation montre où cet argent est placé.

Pour une enquête en lien avec l’arrêt de la centrale de Mühleberg, je me suis demandé comment les exploitants des centrales nucléaires investissaient les milliards qu’ils doivent mettre de côté pour le démantèlement des sites et l’élimination des déchets radioactifs: placent-ils l’argent dans une économie durable?

Plus d’informations…


Les nominés du Prix Transparence 2019

Les journalistes romands et alémaniques n’ont jamais réalisé autant d’enquêtes à l’aide d’une loi sur la transparence. Les meilleures contributions ont été retenues pour le Prix Transparence.

 

En 2019, les journalistes de 31 rédactions se sont battus pour avoir accès à des informations avec lesquelles ils et elles ont réalisé 66 histoires saisissantes (49 en 2018). Le comité et le secrétariat de Loitransparence.ch ont sélectionné les dix meilleures contributions. Un jury d’experts tranchera.

 

 

 

Nina Blaser
Anielle Peterhans

SRF,
30 janvier 2019

L’émission de télévision de la SRF «Rundschau» a demandé des documents sur la négociation des prix entre l’OFSP et l’entreprise Roche pour le médicament anticancéreux «Perjeta». Les dossiers révèlent un obscur jeu de pouvoir. Roche réclamait d’abord 3950 francs par emballage. L’OFSP, lui, ne voulait pas dépasser 1850 francs. Roche a tenté de négocier un «prix de vitrine», selon un expert: «Plus le prix suisse est élevé, plus l’on peut exiger un prix élevé à l’étranger.»

Plus d’informations…


Genève se protège à tout prix contre la transparence

Il bloque un audit: l’exécutif de la Ville de Genève en novembre 2018 lors d’une séance du conseil municipal sur les notes de frais. (Photo: Keystone/ Di Nolfi)

Par Julia Rippstein. La Ville de Genève refuse de rendre public un audit sur les notes de frais de son personnel. Ceci alors qu’elle l’a elle-même commandé et que le préposé préconise sa publication.

Il y a un an, la «Tribune de Genève» dévoilait des extraits d’un rapport sur les notes de frais du personnel de la Ville de Genève. Il révélait des irrégularités et un contrôle lacunaire. L’audit reste toutefois entre les mains de l’exécutif, qui s’entête à ne pas vouloir le publier.

Plus d’informations…


Loitransparence.ch reçoit un prix spécial

Séance du comité de Loitransparence, récompensée pour son action en faveur des institutions. (Photo: Raphael Moser)

Le magazine «Schweizer Journalist» a attribué à Loitransparence.ch une distinction spéciale pour son action «majeure en faveur du journalisme et de l’Etat». Ce prix est décerné pour la première fois.

 

Loitransparence.ch a permis de faire la lumière sur beaucoup de coins sombres de l’administration ces huit dernières années. «Il n’y a pas que le journalisme qui profite de son action, mais aussi les institutions», souligne le communiqué. Le prix récompense des confrères et consoeurs «qui ont particulièrement rendu service à notre cause».

Plus d’informations…


«La résistance des autorités m’a surprise»

Elle exige plus de transparence des autorités: la journaliste Célia Bertholet.

MAKING-OF Enquêtant sur la participation de Rolex au futur campus de Bienne, la journaliste Célia Bertholet a demandé le contrat entre l’entreprise horlogère et le canton de Berne. Mais le document est scellé par une clause.

 

A l’automne 2023, la Haute école spécialisée bernoise (BFH) ouvrira un campus à Bienne. Le projet coûte 233 millions de francs au canton. La salle dédiée aux événements est, elle, financée par Rolex. Lorsque Célia Bertholet, journaliste à la radio biennoise Canal 3, demande le contrat entre l’entreprise et le canton, elle déchante: le document ne peut pas être rendu public.

Plus d’informations…