Rôle d’aiguillon

Découvre comment, grâce aux lois sur la transparence, les médias rendent publics les flops de l’administration.

Vers les exemples >>

Cauchemar
des barons locaux

Les lois cantonales sont des instruments puissants.
Nous t’expliquons leurs subtilités
clairement et simplement.

Vers les législations >>

Ouvrez le coffre fort

Sans forcer: grâce à notre générateur de demandes d’accès, tu déposes une demande en quelques secondes, quel que soit l’administration.

Vers le générateur de demandes >>

Bons élèves
et moutons noirs

Certaines unités de l'administration
sont à la traîne quand il s’agit d’être transparent,
d’autres se montrent exemplaires.

Vers les statistiques >>

Les meilleures cartes
dans votre main

Voilà les bons arguments pour te
défendre lorsqu’une administration
se bloque.

Explorer la jurisprudence >>

Fortement déconseillé
par les autorités!

Soutiens-nous malgré tout en devenant membre.
Dès 50 francs, tu fais partie de notre association.

Soutiens-nous maintenant >>

L'ignorance toujours
mène à la servitude

Notre newsletter te fournit régulièrement
les informations dont tu as besoin pour faire
valoir tes droits.

S’abonner maintenant >>

Le «oui» furtif du Conseil des Etats à l’accès gratuit

Le représentant du compromis de la commission: le conseiller aux Etats écologiste Mathias Zopfi. (Photo: Peter Klaunzer/Keystone)

Par Martin Stoll. Le Conseil des Etats a approuvé une nouvelle disposition sur les émoluments dans la loi sur la transparence. Dans des cas exceptionnels, l’administration pourra continuer à exiger des montants élevés.

 

 

A la surprise générale, la Chambre des cantons du Parlement était finalement entrée en matière en décembre sur le projet d’exemption d’émoluments dans la loi sur la transparence. Elle vient de rendre une décision sans appel: les députés veulent certes mettre en œuvre le principe de l’accès gratuit aux documents officiels, mais sans limiter le montant des émoluments à 2000 francs.

Plus d’informations…


«Republik» gagne le Prix Transparence 2021

 Des informations cruciales avant une votation», selon la journaliste Adrienne Fichter. 

Par Martin Stoll. A l’aide de documents officiels, elle a reconstruit le changement de stratégie de la Confédération au sujet de l’identité électronique et mis au jour qui en tirait les ficelles. La journaliste Adrienne Fichter reçoit pour ce faire le Prix Transparence 2021.

Les journalistes suisses ont réalisé l’an dernier des recherches importantes grâce aux lois sur la transparence. Ils ont révélé les noms des clubs de sport qui ont reçu trop de crédits covid et le fait que la Confédération avait acquis un réseau mobile déficient pour des centaines de millions de francs. Un jury spécialisé a attribué le prix du meilleur récit sur la transparence 2021 à l’article de «Republik» sur l’identité électronique (e-ID).

Plus d’informations…


Voici les nominés pour le Prix Transparence 2021

Durant l’année écoulée, les lois sur la transparence fédérale et cantonales ont permis aux journalistes de mettre au jour abus et dérives. Les meilleures contributions ont été retenues pour le Prix Transparence.

En 2021, des journalistes de 41 rédactions ont fait appel à la loi sur la transparence et réalisé au total 96 articles et émissions. Le comité et le secrétariat central de Loitransparence.ch ont sélectionné les dix meilleurs. Un jury d’experts et d’expertes est en train de les examiner:

 

 

Adrienne Fichter

Republik,
17 février 2021

Avant la votation sur l’identité électronique, «Die Republik» a reconstitué grâce à la loi sur la transparence la genèse de cette voie helvético-suisse en matière de politique numérique, révélant le rôle d’offices trop prudents, de lobbyistes bourgeois et de grosses sociétés.

Plus d’informations…


Le Conseil des Etats ouvre la voie à la transparence gratuite

Du même avis sur la gratuité de l’accès aux documents: la conseillère aux Etats écologiste Lisa Mazzone et le conseiller aux Etats UDC Hannes Germann. (Photo: Lukas Lehmann/Keystone)

Par Martin Stoll. Le Conseil des Etats a décidé d’entrer en matière sur le projet de loi sur l’accès gratuit aux documents officiels. Plus de 600 journalistes, dont 50 rédactrices et rédacteurs en chef, se sont engagés pour cette révision.

 

Ce renversement de situation au Conseil des Etats est une surprise: par deux fois, la commission des institutions politiques (CIP) du Conseil des Etats avait recommandé de ne pas entrer en matière sur l’initiative parlementaire de la conseillère nationale Edith Graf-Litscher. La Chambre des cantons a finalement changé de cap, approuvant le projet par 25 voix contre 18.

Plus d’informations…


L’Etat doit soutenir le journalisme engagé

 

Un soutien étatique aux médias régionaux: la séance de rédaction du quotidien neuchâtelois ArcInfo. (Photos: Jean-Christophe Bott/Keystone)

Par Martin Stoll. Quatre ans après l’initiative «No Billag», la Suisse votera à nouveau sur les aides étatiques aux médias. Le projet est controversé, car il prévoit aussi un soutien aux gros groupes de presse. Pour les associations à but non lucratif, ce paquet d’aide est une chance.

Les associations de journalistes à but non lucratif ont braqué les projecteurs sur leur situation une première fois en 2017. Lors d’une rencontre avec la commission fédérale des médias, sept organisations – dont Loitransparence.ch – ont présenté le nombre d’heures qu’elles effectuaient de manière bénévole chaque année: des milliers d’heures.

Plus d’informations…