La Wochenzeitung gagne le Prix Transparence 2020

Un article «d’intérêt public»: les journalistes de la WOZ Kaspar Surber et Jan Jirát.

Par Martin Stoll. Ils se sont battus pendant cinq ans pour obtenir des données qui permettraient enfin de mieux comprendre le commerce des armes en Suisse. Les journalistes Jan Jirát, Kaspar Surber et Lorenz Naegeli reçoivent ainsi le Prix Transparence 2020.

Les médias n’avaient jamais autant réalisé d’articles et d’émissions grâce aux lois sur la transparence que l’année passée, année du corona. Des procès-verbaux ont notamment démontré que les autorités avaient initialement sous-estimé le risque de pandémie ou ont permis de reconstruire la débâcle des masques. Un jury de rédactrices et rédacteurs en chef a décidé de distinguer un article de la «WOZ» sur les exportations d’armes comme meilleure enquête sur la transparence de 2020. 

La «Wochenzeitung» a dû se battre pour accéder aux données sur le commerce suisse des armes. Le Secrétariat d’État à l’économie (Seco) lui a refusé la liste des entreprises actives dans le secteur au motif que des secrets d’affaires et les intérêts de la Suisse en matière de politique étrangère étaient en jeu. Dans un arrêt sans appel, le Tribunal fédéral a cependant conclu que les noms des sociétés liées à l’exportation d’armes devaient être publiés.

La Suisse impliquée dans le commerce mondial d’armes 

Les informations obtenues par la «WOZ» donnent pour la première fois un aperçu complet du commerce suisse de l’armement: elles montrent qui sont les quelque 150 entreprises actives dans le secteur ayant reçu une autorisation d’exportation de la Confédération en 2017. «Ce commerce a désormais un nom et une adresse», déclare Kaspar Surber, co-rédacteur de «WOZ».

Les lauréats du Prix Transparence

Loitransparence.ch décerne le Prix Transparence pour la troisième fois. Il récompense des journalistes qui ont recouru à une loi sur la transparence de manière ciblée et efficace.

Une trophée fait de grès et de verre par l’artiste bernois Daniel Stettler a été remis aux lauréats dans la rédaction de la «WOZ» à Zurich.

 

Livrées à l’été 2020, les données démontrent que les entreprises suisses actives dans l’armement font depuis longtemps partie d’un commerce d’armes mondialisé, marché dominé qui par une douzaine de firmes. L’affirmation souvent débattue selon laquelle les PME sont l’épine dorsale de l’industrie suisse de l’armement est invalidée, écrit la «WOZ». Les PME suisses apparaissent parmi les fournisseurs de poinçonneuses, de filtres NBC et d’appareils optiques.

Endurance et persévérance ont soufflé le jury

La «WOZ» a élaboré une carte interactive contenant les données sur les entreprises d’armement, les fournisseurs et les armuriers. Le Seco, qui s’est opposé jusqu’au bout à la publication de ces informations, a facturé 5 458 francs au journal pour leur mise à disposition.

«Cette enquête permet d’avoir une vision beaucoup plus claire des entreprises qui sont actives dans le secteur de l’armement en Suisse», déclare Serge Gumy, membre du jury. Le rédacteur en chef de «La Liberté» se dit impressionné par l’endurance et l’opiniâtreté dont les journalistes ont fait preuve pour obtenir les documents. Dans le débat sensible sur les exportations d’armes, ce travail journalistique éclaire la question sous un angle différent: «C’est d’intérêt public», souligne-t-il. Cette recherche est un grand pas «à la fois pour le journalisme et pour la transparence envers la population».

Lonza et la pollution par les pesticides aux 2e et 3e places

La deuxième place est attribuée à l’article «Die Klimaschande von Visp» du journaliste de «Tamedia» Christoph Lenz. À l’aide de courriels obtenus en vertu de la loi sur la transparence, il a rapporté que Lonza et les autorités valaisannes avaient fait preuve de grave négligence environnementale. A l’origine de son enquête: l’entreprise active dans l’industrie chimique et pharmaceutique émettrait 1% des gaz à effet de serre de la Suisse.

Les journalistes Mathias Gottet et Cedric Fröhlich ont décroché la troisième place pour leur article «Das dreckige Wasserschloss» sur la pollution due aux pesticides dans le canton de Berne. Paru dans la «Berner Zeitung», l’article a permis de révéler, grâce à la loi bernoise sur l’information, que le chlorothalonil se trouvait dans beaucoup plus de points de captage d’eau que supposé.

Au total, Loitransparence.ch a examiné 106 articles de presse et contributions audiovisuelles réalisés en 2020 à l’aide d’une loi sur la transparence. Dix d’entre eux ont été nominés pour le Prix Transparence 2020.

 


Ecrire un commentaire

Vous devez être inscrit, pour pouvoir écrire un commentaire.