En 48 heures, l’avis de droit confidentiel était livré

Dès les premières informations sur les transactions en dollar, la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey a fait examiner la situation à l’Office fédéral de la justice. (Photo: Keystone)

Par Martin Stoll. L’Office fédéral de la justice fait preuve de transparence dans l’affaire des transactions de devises de l’ex-président de la Banque nationale suisse Philipp Hildebrand. En deux jours seulement, l’office a donné accès à l’avis de droit qu’il avait rédigé en décembre 2011.

Dans l’affaire du président démissionnaire de la BNS Philipp Hildebrand, politiciens, procureurs et journalistes, cherchent à démêler le vrai du faux: qui à fait quoi et quand? Le rôle de Micheline Calmy-Rey est également d’intérêt public. A-t-elle agi comme elle aurait dû? Plus d’informations…


Ecrire un commentaire

Vous devez être inscrit, pour pouvoir écrire un commentaire.