Les nominés du Prix Transparence 2019

Les journalistes romands et alémaniques n’ont jamais réalisé autant d’enquêtes à l’aide d’une loi sur la transparence. Les meilleures contributions ont été retenues pour le Prix Transparence.

 

En 2019, les journalistes de 31 rédactions se sont battus pour avoir accès à des informations avec lesquelles ils et elles ont réalisé 66 histoires saisissantes (49 en 2018). Le comité et le secrétariat de Loitransparence.ch ont sélectionné les dix meilleures contributions. Un jury d’experts tranchera.

 

 

 

Nina Blaser
Anielle Peterhans

SRF,
30 janvier 2019

L’émission de télévision de la SRF «Rundschau» a demandé des documents sur la négociation des prix entre l’OFSP et l’entreprise Roche pour le médicament anticancéreux «Perjeta». Les dossiers révèlent un obscur jeu de pouvoir. Roche réclamait d’abord 3950 francs par emballage. L’OFSP, lui, ne voulait pas dépasser 1850 francs. Roche a tenté de négocier un «prix de vitrine», selon un expert: «Plus le prix suisse est élevé, plus l’on peut exiger un prix élevé à l’étranger.»


 

Maxime Siggen
Pauline Turuban 

Yves Terrani
Alexandre Beney
Grégoire Baur
Canal 9, RTS, Le Nouvelliste, Le Temps,
24, 25 avril 2019

Invoquant la loi valaisanne sur l’information, six médias romands, dont «Canal 9», «Le Nouvelliste», «Le Temps» et la RTS, ont demandé un rapport sur l’augmentation du capital des remontées mécaniques de Crans-Montana (CMA). L’enquête réclamée par les communes actionnaires montre que le milliardaire tchèque Radovan Vitek et le président de CMA Philippe Magistretti ont négligé les intérêts des communes, au profit de leurs propres intérêts. Les communes s’étaient opposées à une publication.


Carlos Hanimann

Republik,
19 juin 2019

Selon le magazine en ligne «Republik», le ministère public zurichois See/Oberland fait recours aux services de l’entreprise de sécurité «Delta Security». Le hic: celle-ci prend en charge des tâches policières et ses employés sont présents lors d’interrogatoires. La société reçoit en outre des données personnelles sensibles non cryptées par courriel. Au moyen de la loi zurichoise sur l’information, le média a pu consulter les contrats entre l’autorité de poursuite pénale et Delta Security faisant état de plus de 3000 heures d’engagement par an.


Christoph Lenz

Tages-Anzeiger,
25 juin 2019

Stefan Brupbacher, ancien secrétaire général de l’ex-conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, a-t-il agi en tant que fonctionnaire ou lobbyiste lorsqu’il a donné à son futur employeur des informations de première main sur un objet parlementaire? Les courriels du bras droit du ministre à Swissmem, obtenus par le «Tages-Anzeiger» grâce à la loi sur la transparence, attestent une proximité interpellante entre la faîtière et l’antichambre du Conseil fédéral. Le procureur fédéral a ouvert une enquête.


Christian Brönnimann
Catherine Boss
Roland Gamp
Sven Cornehls

Tages-Anzeiger,
2 juillet 2019

Dès 2022, les exploitations agricoles ne recevront pas plus de 250 000 francs de subventions directes de la Confédération. Invoquant la loi sur la transparence, la cellule enquête de Tamedia a obtenu les chiffres des paiements directs de plus de 50 000 agriculteurs. L’analyse des données montre quels producteurs seraient réellement concernés par ce plafonnement des subsides. Il arrive que de grosses sommes sont versées à des exploitations qui n’en ont pas besoin.


Jimmy Sauter
Romina Loliva

Schaffhauser AZ,
22 août 2019

L’ancien commandant de la police schaffhousoise Kurt Blöchlinger et l’ancienne conseillère d’Etat Rosmarie Widmer Gysel ont dépensé un million de francs sans fondement juridique, selon la «Schaffhauser AZ». C’est ce que révèle un rapport du contrôle des finances que le journal a obtenu grâce à la loi sur la transparence.


Renaud Bournoud
Camille Krafft
Fanny Giroud

24 heures,
18 septembre 2019

En mai 2018, la présidente du PLR Suisse Petra Gössi a organisé un voyage pour les membres du parti à Milan. But du séjour: étudier les concepts pour un développement urbain progressif. Parmi les participants au voyage, la conseillère d’Etat vaudoise Jacqueline de Quattro. Grâce à la loi cantonale sur l’information, «24heures» a révélé que c’est l’argent du contribuable vaudois qui a payé le transport et l’hébergement de la ministre.


Fiona Endres

SRF,
9 octobre 2019

Les jeunes agriculteurs sont rarement formés au développement durable. Leur programme d’études est conçu par l’Organisation du monde du travail des professions de l’agriculture (OrTra AgriAliForm). Mais celle-ci ne tient pas compte des recommandations de l’Office fédéral de l’environnement qui demande d’intégrer les thèmes «gaspillage alimentaire», «changement climatique» et «collecte et tri des déchets» aux objectifs d’apprentissage. Invoquant la loi sur la transparence, l’émission de la SRF «Rundschau» a obtenu le document contenant les recommandations.


Lucien Fluri

Solothurner Zeitung,
9 octobre 2019

Certaines garderies du canton de Soleure paient leurs stagiaires au lance-pierre. Grâce à la loi cantonale sur l’information, la «Solothurner Zeitung» a obtenu ces chiffres de la commission tripartite soleuroise. Celle-ci contrôle les conditions de travail et les salaires dans les branches sans convention collective.


Thomas Schlittler

Sonntagsblick,
10 novembre 2019

Faisant appel à la loi sur la transparence, le «Sonntagsblick» a demandé à l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) un document qui liste ce que certains médecins et cliniques ont reçu entre 2012 et 2018 des offices AI pour des expertises. L’analyse des chiffres révèle que les offices AI ont attribué les mandats de manière unilatérale et que des médecins ont encaissé des millions au fil des années.


Les employés de l’association, les membres du comité ainsi que les lauréates et lauréats de l’année passée sont exclus du concours et du processus de nomination.


Ecrire un commentaire

Vous devez être inscrit, pour pouvoir écrire un commentaire.